Le jardin de Gaston

Situé dans la plaine en bordure de l’Oye, ce site mi jardin mi forêt invite à la flânerie contemplative à travers ses petits sentiers et allées.

Exploité pendant plus de 20 ans par un jardinier, Gaston, qui n’était plus en mesure de poursuivre, le lieu a été racheté par la municipalité de Montmeyran au mois de mai 2021.

Le jardin potager et les arbres fruitiers ont trouvé une relève grâce à l’association des jardins partagés de Montmeyran qui s’y retrouve depuis quelques mois pour faire un jardin collectif.

Le jardin

Une association a vu le jour en mai 2021, l’association des jardins partagés de Montmeyran, que vous pouvez contacter à cette adresse : jardinsmontmeyran@gmail.com

C’est aussi un jardin ornemental dont on trouve des traces de-ci de-là à travers les rosiers, pivoines, hémérocalles, clématites, camomilles, pervenches…

Un site pédagogique et d’éducation à l’environnement

Le lieu se prête à des animations d’éducation à l’environnement.

Le samedi 22 mai à l’occasion de la fête de la Nature, les élu-e-s de la commission Montmeyr’En Transition ont proposé un chantier pour réaliser un hôtel à insectes, mais aussi un sentier sensoriel pour les enfants.

L’hôtel n’a pas tardé à trouver des locataires, en particulier les osmies qui ont pondu dans les bûches trouées qu’elles ont refermées avec de la terre en les ayant au préalable garnies de pollen en guise de garde manger pour leur larve à venir.

Ce chantier était un début et nous poursuivrons dans cette direction en partenariat aussi avec la Maison Familiale Rurale de Mondy à Bourg de Péage qui forme des jeunes aux métiers de la nature de la 4e au BTS.

Le site est bien entendu ouvert aux structures éducatives de la commune et à d’autres idées que vous voudriez nous soumettre !

Une zone refuge de biodiversité et un corridor écologique

Le jardin de Gaston est une zone refuge pour toute une biodiversité ordinaire mais en déclin préoccupant tant à l’échelle locale qu’internationale. Quelques chiffres clé provenant de l’UICN (Union Internationale de Conservation de la Nature) : en France métropolitaine, 14% des mammifères, 24% des reptiles, 23% des amphibiens et 32% des oiseaux nicheurs sont menacés de disparition du territoire. Tout comme 19% des poissons d’eau douce et 28% des crustacés d’eau douce.

Parmi les espèces communes observées sur notre territoire et dont la situation s’est aggravée entre 2008 et 2016 (années des 2 derniers bilans de l’IUCN pour les oiseaux) on note le Faucon crécerelle, la Tourterelle des bois, le Martin pêcheur, l’Alouette des champs, le Gobemouche noir, le Tarier pâtre, le Cisticole des joncs… la liste est encore longue.

Afin d’avoir une vision plus précise du site en terme de biodiversité, une élève de BTS Gestion Protection de la Nature, Manon Guichard, a passé un mois pour en dresser un inventaire et préciser les habitats présents.

Voici les résultats de son étude : PDF à télécharger

Afin de conserver un site accueillant pour une biodiversité variée, il est important de laisser des zones en libre évolution, c’est à dire accepter la présence de bois mort (au sol et arbres sur pieds), d’”herbes folles” et de ronces, d’endroits dans lesquels on ne cherche pas à aller…

Un travail est en cours pour trouver un équilibre entre les usages humains et la volonté de conserver un site accueillant pour une faune et une flore variée.

Deux stagiaires de la même structure vont travailler durant cet été 2021 pour proposer des mesures de gestion adaptées.

Une zone de balade et de fraîcheur en été

La partie ouest du site sera progressivement aménagée pour devenir un lieu où venir se mettre à l’ombre lors des chaudes journées d’été.

Réalisation : les enfants des jardininier·e·s

Le site est ouvert à toutes et à tous pour se promener. Il nous a été transmis, maintenant à nous et vous d’en prendre soin.

Deux stagiaires de la même structure vont travailler durant cet été 2021 pour proposer des mesures de gestion adaptées.
Une zone de balade et de fraîcheur en été…


Le site est ouvert à toutes et à tous pour se promener. Il nous a été transmis, maintenant à nous et vous d’en prendre soin.


Articles récents